mardi 16 février 2010

Un récit très osé













qui nous vient de la prude Angleterre du XVIIIème siècle. Son auteur, John CLELAND, diplomate et homme d'affaires, fit paraître ce récit à Londres, anonymement, en 1748. 

Fanny Hill, jeune fille de la campagne découvrant les moeurs de Londres, c'est le livre de l'immoralité récompensée (à l'inverse de la Justine de Sade). Dans une préface aux mémoires de Fanny Hill, (édition de 1910),  Guillaume Appolinaire déclare qu'elle est "la soeur anglaise de Manon Lescaut, mais moins malheureuse."

Ed. Minos - La différence








Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches