mercredi 27 juin 2012

Je me souviens (5)

du sentiment de jubilation lorsqu'en vacances chez ma grand-mère, dans le nord de la Mayenne, elle me faisait redescendre le chemin sur sa vieille brouette en bois à la roue cerclée de fer qui cognait contre les cailloux de l'"avenue", assis par-dessus le gros tas de feuilles de chou énormes (c'était des choux fourragers qu'on donnait aux vaches et aux lapins) qu'elle y avait amoncelés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches