lundi 11 juin 2012

Conques, Aveyron

On arrive par la montagne en face, on a une vue claire et pleine du bled.
















Et puis on tombe sur ce pont, sur le Dourdou. On se dit que ça passera jamais. Mais si, depuis des siècles, ça passe...
























L'abbatiale Ste Foy est très belle, très haute, avec des tribunes sur lesquelles on peut se promener (4 €). A la fondation, curieusement, les moines avaient adopté la règle bénédictine, mais n'avaient jamais rejoint l'ordre clunisien. Ils avaient constitué un immense réseau regroupant toutes les maisons filles dédiées à Ste Foy (en Dordogne, on a Ste Foy la Grande).


















Pour poser leur église, on a l'impression qu'ils ont creusé la montagne...
















Un magnifique tympan, où tout peut s'entendre. La geste chrétienne puérile est respectée : les vilains seront punis dans l'au-delà...

















Nous, on allait aussi motivés pour voir les vitraux de Pierre Soulage.
























On a trouvé ça triste. On leur a dit. Ils ont à dire que c'était à cause que le ciel était gris, que quand même les vitraux sont très originaux, qu'ils sont tous différents, qu'ils ont des nuances très changeantes, qu'il y a des bulles d'air dans certains d'entre eux, qui reflètent la lumière différemment... Mouais...

Reste le tour des tribunes, à ne pas manquer, qui permet d'approcher les chapiteaux, presque tous aussi anciens que l'église elle-même.















Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches