samedi 10 avril 2010

L'heure blême



C'est l'heure blême,
l'heure où le café se mêle de crème,
L'heure où l'amour se mêle de crime
L'heure où je ne trouve plus de rimes
Pour mes poèmes

Le monde est blanc, je m'y promène;
Sous mes semelles s'ouvrent
Des abîmes de brume
D'où émergent des cimes de chênes et de pins
Maritimes

Le monde est blanc
Et je n'y rime
A rien.
Et les corbeaux le savent bien
Qui me crient :
"Ne crois pas, ne crois pas
Que tu tireras de nous
Le moindre vers
La moindre larve de rime
(De nous ou d'un autre d'ailleurs)
Va t-en poète héméralope."*
"Pauvre homme à l'unique enveloppe !"
Rajoute le serpent
Persifleur.

C'est l'heure blême
Et les Épeire Diadèmes
Tissent leurs toiles dans la brume
Que la rosée orne de gemmes;
J'aime

Le monde est blanc, le vent y souffle;
Devant mes yeux s'ouvrent des gouffres
Où s'engloutissent des étoiles
Qu'une immense lune d'opale
Avale.

Et ce monde qui s'anime
Me prend dans ses bras de brume
Me soufflant des lambeaux de rime
Pour mes silhouettes de poèmes.

Le monde est blanc, je m'y promène;
Sous mes semelles s'ouvrent
Des abîmes de brume
D'où émergent des cimes de chênes et de pins

Marianne,
Le monde est blanc
Et les corbeaux ricanent
De moi, de mon désarroi,
De me voir marcher sans toi
A l'heure blême.

C'est l'heure blême
L'heure où les chiens cassent leur chaîne
Pour aller rejoindre les chiennes;
C'est l'heure blême,
J'entends le coq de la voisine;
C'est l'heure blême,
L'heure où le café se mêle de crème,
Je rentre et je te dis
Je t'aime.


Jean MOUCHES
Album "Du coq à l'âne, treize chansons et demi"


*Qui est atteinte d'une perte de la vision à lumière faible.
Note du rédac'blog'

http://www.jeanmouches.com/




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches