mercredi 10 mars 2010

Ils sont trois mais

y'en a deux, les garçons, qui restent sur le côté de la scène, assis devant des pupitres où ils lisent et crient et chantent leur texte. La fille, elle s'agite avec ses mains et fait des tas de grimaces. En plein milieu.
C'est les compagnons de Pierre Ménard. Ils sont trois. Pierre Ménard était peut-être pas trop philanthrope. On sait pas. Pour le savoir, il faut lire les Fictions de Borges.
Koikilansoi, on peut y aller les yeux fermés , c'est excellent*. Ou comment faire comprendre une histoire en la "signant". Comprendra qui peut. Le mieux, c'est de venir à la Fabrique (centre culturel de Saint Astier, Dordogne) dimanche prochain, 14 mars, à 15h00.












* Juste penser à les rouvrir au début du spectacle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches