mardi 17 septembre 2019

Algues vertes, l'histoire interdite, de Inès Léraud et Pierre Van Hove

Pour les habitués des "Pieds sur terre", sur France Culture, Agnès Léraud est la réalisatrice de nombreuses enquêtes radiodiffusées, enregistrées en Bretagne, et révélant un climat hyper malsain dans les filières agricoles de la région.
Personnellement, je connaissais l'omerta qui règne autour de cette question des algues vertes. Les représentants de l'état, de la région, des communes (quelques exceptions heureusement…), les syndicats agricoles dominants, les lobbies de l'agro-industrie sont ligués pour qu'on cache au maximum les décès survenus à cause des émanations gazeuses d'hydrogène sulfuré.
Cette BD reprend l'historique des faits en allant chercher les responsables des blocages de l'info, et donnant tous les noms. C'est bien mais ça ne suffira pas. Tout est verrouillé, et il y a de nombreux agriculteurs hyper malheureux des contraintes financières dont ils ne savent comment sortir, avec de multiples obligations d'achat de semences, de phyto-sanitaires etc...
Les agriculteurs rebelles sont punis par des délais de livraison excessifs, des semences pourries et autres amabilités qui mettent clairement en danger les exploitations. Les coopératives agricoles bretonnes ne sont pas fraternelles.
D'où l'assourdissant silence dans les campagnes bretonnes...

En fin d'album, plein de docs officiels publiés.

Une interview d'Agnès Léraud par Ouest-France











lundi 9 septembre 2019

Un putain de salopard, BD de Régis Loisel et Olivier Pont

Un jeune type débarque dans un bled paumé de la forêt amazonienne, au Brésil. Il est sur la trace de son père dont il n'a que deux photos, où son daron pose à côté de deux femmes différentes. Juste à son arrivée, il fait la connaissance de deux nanas qui l'adoptent aussitôt. Elles viennent travailler dans un dispensaire de brousse, où la vie n'est pas un lit de rose tous les jours…

Très passionnant, on accroche direct, mais c'est pour quand la suite ?




dimanche 11 août 2019

Lectures roumaines

Presque toutes roumaines.

J'ai commencé par Panaït Istrati. Un auteur du début du XXème siècle, qui est reconnu en Roumanie comme un témoin historique des révolutions qu'a connues le pays. Il a clairement pris le parti des petites gens, des victimes du rouleau compresseur de l'Histoire. En Roumanie, il n'y a qu'une librairie francophone, au 10 de la rue Biserica Amzei, à Bucarest. Son nom, Kyralina, est celui d'un roman d'Istrati.

Les chardons du Baragan, de Panaït Istrati

Dans des plaines asséchées du sud de la Roumanie, des enfants jouent à poursuivre des chardons, curieuses boules sèches qui roulent poussées par le vent. C'est une course folle qui les rend ivres de plaisir et les égare au loin… Ces enfants rêvent de contrées qui ne connaitraient pas la faim, et il est clair qu'ils fantasment sur les pays qu'ils découvriront au bout de leur course démente. Mais on est en 1907, et le roman d'Istrati, qui suit deux frères à la recherche d'une vie meilleure, mène le lecteur, après des péripéties dans les régions voisines, au plus fort de la révolte paysanne de cette année-là. Réprimée férocement par l'armée roumaine et les sbires des boyards, les grands propriétaires terriens.
Un excellent petit récit très vite lu…



























J'ai lu ensuite "Ma reine "de Jean-Baptiste Andréa
Beaucoup aimé cette histoire de grand gamin un peu méprisé par les siens, qui vit dans un coin paumé de la France du sud, avec ses parents dans une station-service décatie. Il va vivre une aventure hors du commun avec une fille rencontrée sur le plateau au-dessus de chez lui. Elle lui fera faire des découvertes somptueuses, et sa disparition soudaine plongera le gosse dans des tourments et des ruptures insondables… 
Un bon petit roman d'été, si vous voulez mon avis que j'ai.


























J'avais embarqué avec moi un Peter May qu'on m'avait indiqué, qui se passe sur l'île de Groix, que je connais un peu, y ayant séjourné plusieurs fois, et l'ayant abordé en bateau grâce à mon chum Hervé de Lorient. Je rappelle au lecteur non attentif que Peter May, c'est cet auteur écossais dont j'ai prétendu qu'on ne pouvait pas lâcher un de ses romans dès les premières pages attaquées...
Un peu déçu cependant, je n'ai pas retrouvé l'atmosphère oppressante des îles écossaises, ni la tension de ses autres bouquins. Mais bon, je l'ai lu très vite quand même, c'est rapidement prenant, et n'importe lequel d'entre vous (le premier venu par exemple) trouvera cela certainement formidable. Si vous ne connaissez pas cet auteur, prenez la trilogie écossaise qui commence par "L'île aux chasseurs d'oiseaux"...



























Je suis revenu ensuite à une autrice roumaine, Irina Teodorescu, trouvée en chemin, à la librairie Kyralina de Bucarest, donc. 
Chouette histoire rocambolesque, qui part d'un fait divers dramatique, la mort d'un brigand qui portera la poisse à toute la descendance du tueur, par une malédiction qui opère par delà les générations, et nous voilà emporté dans un tourbillon d'aventures, qui se terminent toutes dans des affres, et c'est assez cocasse tout ça, je vous le conseille pour rigoler un coup. 





Comme j'avais lu 4 bouquins en une semaine et que mon sac pesait déjà 23 kilos au départ (oui je garde tous les livres qui me plaisent, je les archive dans ma bibli perso, ok ?), je me suis dit qu'il fallait que je trouve quelque chose de plus conséquent qui me tienne plus longtemps, je suis tombé à Brasov sur un petit rayon de livres en français, duquel j'ai tiré "Une matinée perdue " de Gabriela Adamesteanu. Très bon choix, avec cette histoire de familles roumaines qui traversent le 20ème siècle et vivent les péripéties affreuses des mouvements de la grande histoire, celle qui broie les gens sans s'en rendre compte… Il y a beaucoup à apprendre sur l'histoire roumaine dans ces histoires assez emmêlées de la vie quotidienne de personnes de différentes conditions. Le récit n'est pas chronologique, on suit les fils d'histoires contemporaines de la période communiste pour revenir au début du siècle. Au final, c'est très édifiant sur le pays et ses mentalités. Mais c'était effectivement plus complexe à lire et cela m'a demandé plus de temps, l'objectif était atteint.
Il a été traduit en 10 langues, avec ses 500 pages, c'est certainement la plus consistante de mes lectures roumaines. 





Retour à Panaït Istrati avec un petit truc à 2 € (11 lei). Le récit autobiographique de ses années de jeunesse, en Grèce où il s'exile d'abord (venant des bords de la mer Noire, en Roumanie), travaillant dans une auberge où, bien qu'exploité, il réussit à se faire apprécier, puis en se faisant débarquer à Naples (il s'est caché en clandestin sur un paquebot), où là c'est franchement la galère, on est au tout début du XXème siècle, mais reprenant un autre navire de croisière, il parviendra à rejoindre la France, son objectif initial…
A  lire sans hésiter.



























Pour finir, j'ai trouvé dans une autre librairie, à Cluj, ce recueil de nouvelles remarquables : "Dépressions" de Herta Müller. La principale nouvelle qui a donné son titre à ce bouquin est saisissante, avec le témoignage de cette petite fille, dont le quotidien est cousu de violence.
Le synopsis de ce livre dit :

""Cinq heures et demie du matin. Le réveil sonne. Je me lève, enlève ma robe, la pose sur l’oreiller, mets mon pyjama, vais à la cuisine, monte dans la baignoire, saisis une serviette, lave mon visage, prends le peigne, me sèche avec, prends ma brosse à dents, me coiffe avec, prends l’éponge, me lave les dents avec." En dix-neuf nouvelles d’une poésie brutale et déroutante, Herta Müller dévoile, à travers le regard d’une petite fille, l’univers clos de la communauté germanophone de Roumanie dans les années 1970, dont le quotidien ne semble être qu’oppression, mensonge et violence."

Herta Müller a été prix Nobel de littérature en 2009. 



























Au final, je ne suis pas si mal tombé au gré de mes découvertes de voyage. Et pas seulement pour la littérature…


Frédéric Pierucci sur Thinkerview : 2 heures et quart de révélations fracassantes !







Bon, on avait déjà une petite idée du scandale, après avoir écouté Montebourg, dans le même cadre…
Petit détail qui n'en est pas un : il parle de torture dans les prisons américaines, pour ce qui concerne la vie quotidienne ordinaire des détenus… Et il sait de quoi il parle...





Mais je trouve que cet ancien ministre a du mal à faire croire à son désintéressement complet. C'est qu'on sent un ego redoutable… Le bon point chez lui, c'est de ne pas se déclarer terrassé ou impuissant, il propose des pistes pour sortir des bourdes monumentales qui ont été faites. On sent  qu'il a envie de secouer le cocotier…






lundi 8 juillet 2019

Veinte anos, par Isaac et Nora






Qué te importe que te amé
Si tù no me quieres ya,
El amor que ya ha pasado
No se debe recordar.


Fui la ilusion de tu vida
Un dia lejano ya
Hoy represento al pasado
No me puedo recordar
Hoy represento al pasado
No me puedo recordar

Si las cosas que uno quiere
Se pudieran alcanzar
Tu me quisieras lo mismo
Que veinte años atras.

Con que tristeza miramos
Un amor que se nos va
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad.
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad.

Si las cosas que uno quiere
Se pudieran alcanzar
Tu me quisieras lo mismo
Que veinte años atras.

Con que tristeza miramos
Un amor que se nos va
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad.
Es un pedazo del alma
Que se arranca sin piedad.


dimanche 16 juin 2019

Bon ben, et si on s'y remettait ?

Pendant toute cette absence, j'ai vu des tas de films, logé dans un appart avec une vue magnifique au soleil levant, fréquenté une psy, lu des livres assez chouettes, cherché puis retrouvé le moral, mais surtout dé-mé-na-gé !

J'ai déménagé pour un terrier de hobbit, où il faut que je baisse la tête pour passer les portes et où je me marche dessus tellement c'est petit, mais comment dire, il règne là une atmosphère champêtre et propice aux chants d'oiseaux. C'est donc bien volontiers et de mon plein gré que j'accepte de passer sous les fourches caudines de mes porches surbaissés.

La vue de la salle où je vis essentiellement :


















C'est à Périgueux, à l'ouest de la ville.





samedi 11 mai 2019

Avec Maria, Jean Yanne





La carte de résidence, par Les Ogres de Barback et Zebda





Mesdames, mesdemoiselles, messieurs,
Si nous devons vous dire "Adieu"
Sachez bien que nos aïeux
Ont combattu pour la France
Bien avant la Résidence...

Solidarité avec les sans papiers !



mercredi 8 mai 2019

Blanche Gardin sur la question d' "être un homme / une femme"


Ce n'est plus vraiment de l'humour, c'est de la sociologie appliquée, et il n'y a rien à jeter...




On est sauvés !



Je préfère ne pas citer la source. 







lundi 6 mai 2019

Blanche comme Neige, de Anne Fontaine

Je suis allé voir ça, j'ai bien aimé. Lou de Laâge est une fausse ingénue parfaite qui joue la princesse enjoleuse et libre alors qu'Isabelle Huppert, bouffée par la jalousie est délicieusement perfide et odieuse sous des sourires carnassiers. Il y a aussi Vincent Macaigne, quel drôle de personnage celui-là, très séduisant perdu dans sa timidité maladive, et Damien Bonnard, qui joue les deux frères jumeaux, c'est lui qui a remporté la palme des câlins filmés à la jeune actrice Lou, puisqu'elle fricote avec les deux frères tour à tour.
Une adaptation contemporaine du conte traditionnel, limpide, peut-être trop, il y manque sans doute un peu de mystère, des implicites à gamberge, je ne sais pas...
Reste que pour moi, c'est un film savoureux.





Sous les noms de la princesse et de la reine-mère vous vous dites ; les sept noms d'acteurs, tous des hommes, là, c'est les sept nains, forcément. Le problème c'est que vous ne suivez pas ce qu'on vous dit personne ne prend de note alors c'est sûr que c'est bien la peine d'espliquer aux gens ! Nan mais comme Damien Bonnard joue deux amoureux de la princesse, alors y'a un nom de trop. C'est Charles Berling, lui il fait le vieux roi fatigué et déchu...



Vélorution 24 y sera !

















De plus, Vélorution périgourdine donne rendez-vous aux cyclistes de toutes couleurs le samedi 7 septembre à Périgueux pour une méga-véloparade festive !







dimanche 5 mai 2019

RIC, le référendum d'initiative citoyenne expliqué à tous, par Raul Magni-Berton et Clara Egger

Les deux auteurs principaux ont répondu à un journaliste de Marianne, et cela éclaire grandement les points forts de ce livre...

Un livre co-écrit avec Ismaël Benslimane, Nelly Darbois, Albin Guillaud et Baptiste Pichot.


Avec "Le référendum d'initiative citoyenne expliqué à tous", Clara Egger et Raul Magni-Berton font un état des lieux du RIC en analysant sa pratique à travers le monde. Ils nous livrent aussi le mode d'emploi pour la France d'un mécanisme démocratique qui se gagne par la lutte.
C'est très vite devenu la revendication emblématique des gilets jaunes, presque le dénominateur commun d'un mouvement disparate. Le RIC, référendum d'initiative citoyenne, est apparu comme l'instrument de la reprise du pouvoir pour une population oubliée. Un évènement historique, car il est rarissime qu'un mouvement social réclame une mesure institutionnelle. Clara Egger et Raul Magni-Berton, deux universitaires grenoblois qui travaillent depuis des années sur la démocratie directe, l'ont remarqué tout en constatant que nombre de responsables politiques et de commentateurs redoutaient ce RIC perçu comme un dangereux saut dans l'inconnu de la volonté populaire.
Pourtant, on dispose de recul sur ce mécanisme existant dans 36 pays à travers le monde, bien qu'il n'ait jamais été utilisé dans 18 d'entre eux. Car le RIC compte nombre de variantes et certaines se révèlent impraticables. Les deux chercheurs en science politique nous l'apprennent dans Le référendum d'initiative citoyenne expliqué à tous, un livre qui relève aussi bien du mode d'emploi que de la méta-analyse. Il s'appuie en effet sur l'ensemble des études disponibles pour délivrer quantité de données sur ce référendum et ses conséquences. Un travail d'intérêt public à recommander à chacun, du bord des ronds-points à l'Elysée.
Marianne : Comment un pays en vient-il à instaurer le RIC ?
Clara Egger : On parle beaucoup d'une culture du compromis propre à la Suisse, en oubliant que le RIC y a résulté d'une lutte politique. C'est toujours quelque chose que les élus lâchent, car ils perdent du pouvoir en démocratie directe. La pression populaire les y contraint, comme en Suisse où l'on a frôlé plusieurs fois la guerre civile alors que des territoires réclamaient l'auto-gestion.
Raul Magni-Berton : En Europe de l'est, en Amérique du sud comme en Italie où on l'accorda à la chute de Mussolini, il a accompagné le passage d'une dictature à la démocratie. Contrairement à la Suisse ou aux Etats-Unis, il n'y a pas eu de lutte. Mais cela donne un RIC sans grand intérêt, car on l'a donné en le bridant.
"Les modèles qui marchent ont des seuils de signatures accessibles. (...) Les citoyens doivent aussi obtenir un contrôle total."
Vous constatez qu'il ne fonctionne bien qu'en Suisse et dans les états américains. Pourquoi ?
RMB : Le modèle suisse est le plus pur car il englobe tous les sujets en permettant une révision constitutionnelle, ce qui est également le cas dans de nombreux états des Etats-Unis, mais pas au niveau fédéral. Au contraire, dans le modèle sud-américain, beaucoup de sujets sont interdits. Or pour que le dispositif améliore les politiques publiques, notamment au plan budgétaire, les citoyens doivent obtenir un contrôle total.
CE : Les modèles qui marchent ont aussi des seuils de signatures accessibles, et encore plus importante est la question du quorum, taux de participation minimal pour valider une décision. Un instrument pour tuer le RIC.
Il témoigne tout de même de l'intérêt des gens concernés. Et en Suisse comme aux Etats-Unis, le taux de participation moyen s'avère faible. Y aurait-il un manque d'appétence pour cette démocratie directe ?
CE : Le RIC produit des publics sur des enjeux. Des gens se déplacent sur certains sujet et pas sur d'autres. Si je suis intéressé, je me renseigne et me prononce. Sinon je ne me déplace pas, et ce n'est pas grave. La participation pose problème quand elle renvoie à de l'exclusion, comme en France où l’abstention exprime un rejet du système plus qu'un désintérêt.
En France, il y a aussi comme une tendance à rejeter le peuple. Pour écarter l'idée du RIC, on suppose qu'il va mal voter...
CE : Ce même argument autrefois utilisé contre le suffrage universel ou le vote des femmes qu'on disait manipulées par les curés. Alors que si les gens ne sont pas sûrs de leur vote, s'ils trouvent la proposition trop risquée, ils la rejettent.
On observe ainsi des résultats plutôt mesurés.
RMB : Les décisions sont proches de ce que pense une personne moyenne et modérée. On constate aussi une plus grande responsabilité économique. Les pays avec le RIC ont moins de dette, moins de dépenses publiques. Chacune est évaluée en conséquence car ceux qui la votent la payent.
Il y aurait aussi une meilleure redistribution.
CE : Il est difficile d'être trop affirmatif car peu de pays disposent du RIC en matière fiscale. Reste que les chercheurs ont constaté que la dépense publique ne se fait pas au détriment des pauvres mais au bénéfice de la communauté.
RMB : Il n'y a ni plus ni moins de justice sociale avec la démocratie directe, mais davantage de redistribution grâce aux économies effectuées. En Suisse, il y a moins d’impôt, mais il va beaucoup plus qu'en France des riches vers les pauvres. Aux Etats-Unis, le président Madison refusa d'ailleurs la démocratie directe au niveau fédéral car il pensait que les pauvres allaient piller les riches, sauf que ce n'est pas le cas là où elle existe. Ce sont des pays capitalistes, mais leur fonctionnement permet aux pauvres de taxer les riches si besoin.
Le RIC ne représente pas non plus forcément l'avant-garde de la démocratie. Des états américains l'ont utilisé pour ré-introduire la peine de mort et la Suisse n'a accordé le droit de vote aux femmes qu'en 1971.
CE : Quand on a beaucoup de droits politiques, on a tendance à restreindre leur extension. Devenir un citoyen suisse prend ainsi longtemps, avec un contrôle très fort. Quant à la peine de mort, c'est l'opinion de la majorité qui compte. Les Etats-Unis sont connus pour l'aimer, le RIC ne fait que le refléter.
RMB : Sur ces mêmes sujets, mais en inversant les pays, on peut aussi avoir deux exemples de progressisme. Le Colorado fut le premier territoire à accorder le droit de vote aux femmes, par RIC en 1893, 51 ans avant la France. De son côté, la Suisse a voté contre la peine de mort en 1938, soit 43 ans avant la France.
Parmi les pays qui se sont dotés du RIC en Europe, certains ont-ils réinstauré la peine de mort ?
RMB : Non. Toutes les votations européennes depuis le 20ème siècle ont été contre, à l'exception d'un référendum d'initiative présidentielle en Biélorussie. Le RIC n'a lui jamais conduit à la moindre demande pour réintroduire cette peine.
Y a-t-il eu des retour en arrière sur l'avortement ou d'autres droits acquis ?
RMB : Aucun. Il y a eu des votes contre le mariage des homosexuels, mais seulement quand la question se posait, jamais pour revenir dessus.
"Le RIC produit un effet pacificateur chez les plus radicaux"
Pensez-vous qu'un mariage pour tous proposé par RIC aurait conduit à moins de tensions en France ?
CE : Probablement. Le RIC n'est pas incompatible avec les manifestations, mais il produit un effet pacificateur chez les plus radicaux car c'est un outil de conflit de type argumentatif. Et comme quand on joue à un jeu dont on connait les règles, on peut reconnaître sa défaite, quitte à recommencer. Alors que si la décision vient d'en haut, on a tendance à trouver le jeu injuste.
La jeunesse suisse apprécie d'ailleurs son système politique à la différence de bien d'autres...
RMB : On le voit particulièrement chez les extrémistes. Un jeune Macroniste est comparable à un centriste helvétique, mais si l'on prend les anti-capitalistes, les ultra-nationalistes ou les islamistes, ils sont en Suisse aussi contents du système que les autres, tandis que les Français y sont totalement opposés.
L'exemple suisse renvoie à un petit pays. Le RIC peut-il s'appliquer dans des grands ?
RMB : L'endroit où il est le plus utilisé après la Suisse, c'est la Californie. Avec 40 millions d'habitants, sa population est certes moindre qu'en France, mais son PIB est supérieur. Et elle a des marges de manœuvre très grande car aux Etats-Unis près de 80 % des impôts relèvent de l'Etat. La taille n'apparait pas comme un argument majeur, mais plus on donne de compétences à des échelons infra-nationaux, mieux le RIC fonctionne en permettant d'adapter les demandes aux besoins. Il peut marcher dans un pays centralisé, mais moins bien qu'avec une autonomie fiscale importante des régions.
Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale, a mis dernièrement en garde contre le RIC en y voyant en Suisse un instrument pour les lobbys. Que lui répondez-vous ?
CE : Si l'on parle de groupes d'intérêts constitués quels qu'ils soient, tel que l'association des parents du quartier, oui, les lobbys seront avantagés. Car une organisation sera plus à même de faire une pétition. Ferrand évoque plutôt les lobbys économiques, qui collaborent déjà en France avec les élus pour rédiger les lois, de façon non transparente. Avec le RIC on les voit agir. Et avant de voter, on regarde la position de ceux auxquels on s'oppose, par exemple l'industrie du tabac.
RMB : Beaucoup de gens votent en fonction de qui ils détestent. Il veut ça, je vote le contraire. A la fin les politiques publiques ressemblent beaucoup plus à ce que veut la majorité que tel ou tel lobby. Ferrand se fonde sur l'idée que l'on peut manipuler plus facilement 51 % de l'électorat qu'un président. Or un pouvoir centralisé, et encore mieux un dictateur, est beaucoup plus facile à manipuler. Avec la population, c'est très dur. On l'a vu avec le référendum sur l'Europe de 2005 ou le Brexit. Tous les pouvoirs économiques étaient pour le oui, mais le non a gagné.
Peut-être à cause d'un climat de défiance...
RMB : En Suisse, tout le monde est parano, donc on veut voir carte sur table. Et dès qu'il y a trop de pub, c'est louche.
CE : Il est prouvé que le RIC accroit la confiance dans le système politique, mais pas celle dans les gouvernants. Il accroit au contraire la méfiance et le contrôle.
"Le RIC accroit énormément la connaissance"
Accroit-il aussi la connaissance ?
CE : De façon énorme. Deux indicateurs sont connus pour évaluer la connaissance politique, le revenu et l'éducation. Une étude menée en Suisse a montré que le RIC avait le même effet que d'amener à un diplôme les personnes ayant arrêté l'école à la fin de la scolarité obligatoire. Quant au revenu, l'effet RIC équivaut à une augmentation de 5000 à 9000 francs suisses par an. Cette mesure peu couteuse augmente ainsi considérablement la connaissance.
RMB : Un sondage a aussi été fait dans les pays européens pour évaluer les connaissances sur l'Union européenne. Les Suisses se sont révélés ceux qui en comprennent le mieux le système, eux qui ont voté non à l'adhésion.
Que vous inspire le référendum d'initiative partagée lancé par près de 200 parlementaires contre la privatisation des aéroports de Paris ?
RMB : On a le nombre de députés requis, une première, mais il manque un petit détail : les signatures. Il en faut près de 4,6 millions, 10 % du corps électoral.
Un seuil inhabituel ?
RMB : Non, c'est très courant dans les pays où ça ne marche pas.
Pourquoi préconisez-vous pour la France un seuil de 700.000 personnes ?
CE : Il faut un équilibre entre pourcentage d'électeurs et chiffre absolu. 700.000 correspond à 1,7 % du corps électoral. En Suisse c'est 2 %, mais la Suisse est petite. En Italie, c'est 1 %, mais ce n'est pas d'un niveau constitutionnel.
Vous proposez d'instaurer le RIC par une révision de l'article 89 de la Constitution, sans vous faire d'illusion. Seule une lutte de type gilets jaunes permettra-t-elle de le gagner ?
RMB : On ne croit pas qu'il sera donné. Ecouter Macron suffit pour s'en convaincre. Il peut certes proposer comme il semble vouloir le faire un RIC au niveau local, mais cela n'aura guère d'impact car les compétences des collectivités territoriales françaises sont très faibles. En l'associant avec le référendum d'initiative partagée, on serait proche d'un RIC à la russe, qui n'a jamais été utilisé car il combine des seuils trop importants et une limitation des sujets abordables. Nous voulons plutôt un RIC à la suisse. Et comme avoir un but clair rend une lutte efficace, on essaie de contribuer en montrant le plus évident, facilement revendicable.
*RIC, le référendum d'initiative citoyenne expliqué à tous, de Clara Egger et Raul Magni-Berton, FYP, sortie le 19 avril.