jeudi 18 octobre 2012

Qui a dit que la presse écrite n'avait pas d'avenir ?

Pas moi. Ni les lecteurs les plus majeurs, qui iront vérifier là, que des lectrices donneraient tout pour une feuille de chou. Même leur chemise.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches