mercredi 5 septembre 2012

Quand Kenneth Branagh joue à Woody Allen à fond...

Il a repris la gestuelle, les intonations, la faconde, le débit, les coupures de mots, les répétitions-bégaiements, enfin tout ce qui fait qu'il est unique. Les cahiers du cinéma ont parlé de "mimétisme allénien". J'ai trouvé ce numéro assez drôle.
D'ailleurs un chouette film (de 1998), sensé se porter sur la psychologie et le comportements des stars, mais je crois que les phénomènes que Woody Allen décrit sont transposables chez des gens ordinairement anonymes (surtout dans le champ sentimental)...

























Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches