jeudi 8 février 2018

Seule sur la plage la nuit, film coréen de Sang-Soo Hong

80% des scènes de ce film sont tournées autour d'un thé, d'un verre, au café ou dans des appartements. Quelques scènes d'extérieur. Tout est en dialogue. C'est proche du théâtre filmé.

Une jeune femme, actrice coréenne, cherche à se reconstruire après une histoire d'amour tourmentée avec un homme marié plus âgé qu'elle. Elle rend visite à une amie en Allemagne, puis retrouve des complices de ses années précédentes dans divers lieux. Ces amis restent bienveillants, même lorsqu'elle les malmène et les insulte à l'occasion. On constate qu'elle est est encore dans un état psychologique hyper fragile.
Plus tard, elle retrouve lors d'un repas convivial au restaurant l'homme qui a causé ses troubles. C'est un réalisateur de films. Lui non plus ne va pas bien...

J'ai mis du temps à rentrer dans ce film, j'attendais que l'action s'accélère un peu , puis j'ai été envoûté... On aimerait aller soulager l'esprit ravagé de cette fille qui ne sait plus que faire, à part attendre seule couchée sur une plage.

Il n'y a qu'une musique, que j'adore, le quintette à cordes de Schubert, et seulement l'adagio sublime.

D'ailleurs, j'ai trouvé cette citation du compositeur qui me semble coller au film :
"Some people come into our lives, leave footprints on our hearts, and we are never the same". Franz Schubert

Dans cette version l'adagio commence à 14'20 :

























En ce moment en VO à Périgueux grâce à Ciné-Cinéma...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches