dimanche 25 février 2018

Il est le premier, le plus ancien du club des 27

Robert Leroy Johnson. 

Pas de chance pour lui, ce n'est pas un club de plein aux as, il s'agit du groupe des stars de la musique à être mort à 27 ans.
Robert Johnson est né dans un milieu d'ouvriers agricoles noirs très pauvres, en 1911, dans le Mississipi. Sa mère a quitté son père quand il est encore nourrisson, puis elle quitte la propriété où elle travaillait sans emmener ses deux enfants (Robert ira la retrouver quelques années plus tard). Il va donc être autonome et débrouillard très rapidement.
A 18 ans, il épouse Virginia Travis, de 2 ans sa cadette. Celle-ci meurt en couches en 1930.
C'est avec sa guitare qu'il se distinguera ensuite, trainant de ville en ville, pour trouver à se produire.
Il est repéré par les grands musiciens de blues de l'époque. Certains comme Ike Zinermann l'encouragent et le parrainent.
Il est connu grâce à deux séries d'enregistrement qu'il réalise dans une chambre d'hôtel de San Antonio, au Texas. 29 titres en tout. Il a 25 ans.
C'est un beau jeune homme, qui a un succès certain auprès des femmes qu'il rencontre.
Deux années plus tard, il meurt de maladie, ou victime (empoisonné) par un homme jaloux...
Sur son acte de décès figure la mention "No doctor"...

Pourquoi vous relater tout ceci ?

Parce que je viens de tomber sur l'intégrale en CD de son oeuvre. Parue en 2011.

























Pour reprendre le parcours sinueux de sa courte et riche existence, on peut aller chercher cette BD magnifique (le titre reprend le nom d'une de ses chansons les plus célèbres) : Love in vain.




















Dessins superbes de Mezzo.




























Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches