vendredi 8 octobre 2010

Pas mieux,


















j'en dis pas mieux. Que le type du théâtre de Vienne, qui a rédigé cette notice :
"
L'observation minutieuse et concrète des comportements de nos contemporains et autres mammifères, par un duo virtuose et tendrement drôle. Troisième comparse sur scène, le piano bastringue qui accompagne les facéties mimées époustouflantes de Patrice Thibaud, grand colosse naïf et touchant, et de Philippe Leygnac, multi-instrumentiste transformiste, aux allures de menu toréador d'opérette.
Avec du presque rien, qui devient du grand art, les deux compères nous entraînent, tout en drôlerie et délicatesse, dans un feu d'artifice de situations cocasses et émouvantes : le Tour de France cycliste, la revue militaire et son porte-drapeau , la parade des majorettes en folie, le défilé de haute couture, le western spaghetti avec cowboys, indiens, chevaux et porte de saloon grinçante... Saisissant au vol la note de son complice musicien, Patrice Thibaud se fait chat, lion, otarie, dresseur de fauve, ombre chinoise... Créé la saison dernière au Théâtre National de Chaillot, "Cocorico" nous revient après une tournée générale via le Mexique et le festival d'Edimbourg. Une joyeuse fantaisie, teintée de poésie, à voir ou à revoir en famille.
"
C'est à propos du spectacle "Cocorico" de Patrice THIBAUD, grand moment d'humour, de musique, de mime, de théâtre multiforme, vu hier soir au théâtre de l'Odyssée à Périgueux... Pour information, Ce comédien est passé par le groupe Makeieff-Deschamps. De fait, on y trouve des influences diverses, dont celle de François Morel, mais aussi beaucoup Mister Bean, Fernand Raynaud et d'autres encore (c'est mon avis personnel que j'ai)...

Crédit photo : pas de nom sur le site...
http://www.theatredevienne.com/index.php?tpl=spectacle&id=202




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches