samedi 13 février 2010

Un Thiers de trop







Une rue à Paris en Mai 1871 ou La Commune. (1903)
Maximilien LUCE (1858-1941)
Musée d'Orsay (Paris) 



Le monument de Monsieur Thiers
(extrait)

Il est des cadavres maudits
Dont le voisinage vous souille
Le champ de navets des bandits
Convient à leur sale dépouille
Quand la commune reviendra
Thiers sur ta chapelle abattue
En effigie on te pendra !
Il est des morts qu'il faut tuer.


Jules JOUY
6 sept 1887 













Adolphe Thiers
Caricature de Daumier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches