mercredi 7 novembre 2012

Deux histoires d'idiots intelligents...

à condition de savoir les écouter...

Un simplet avec des aptitudes cachées, dans ce polar de Fred Vargas (dont je ne connaissais que "l'homme aux cercles bleus", déjà un excellent souvenir), est le personnage central de cette histoire de machinisme/machination qui menace l'homme fruste. Savoureux tout du long, mais il en faut (de la route, puisqu'en voiture, on vous dit) pour arriver au bout : 6H45 au total des 6 CD. Ou alors à la maison, en repassant le linge, en faisant la vaisselle, la sieste, du gringue à la voisine - mais faut rester concentré -, en peignant la girafe, en mettant les doigts de pied en éventail, en souriant bêtement à la pensée que sa chérie, en se grattant l'oreille, en profitant du soleil assis en short sur le palier...  





















Mais le coup de coeur, c'est ça :
























L'histoire d'une rencontre entre une très vieille femme et un faux nigaud qui s'avère plus finaud que d'aucune bonne gens.

On a commencé à se le lire à haute voix, et, truc rigolo, c'est aussi l'évocation d'une découverte littéraire pareille techniquement, la vieille femme lisant au pseudo fada "la peste" de Camus, à voix haute aussi, puisque l'autre, il ne lit pas bien.
Mais la Marie-Sabine, elle est drôle, non conformiste, et sans que ce soit une oeuvre de grande envergure littéraire, c'est une écriture très attachante, enfin moi personnellement, je trouve !


Ceci nous fut mis dans les mains par la dame de "Chemins d'encre", une (la ?) librairie de Conques, un village de l'Aveyron pas trop pourri.


































 Crédit photo : Bernard BERTHEL et Cécile ARNAUD

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches