samedi 21 avril 2012

Mélancolies du Septentrion

Avec ça d'abord, proposé par O. G. , que j'adopte ! Arvo Pärt est estonien.






Une interprétation de Fratres, un peu gâchée par des japonais cathareux ou mal élevés (je ne sais pas ce qui me retient d'envoyer mon fils leur dire deux mots...)
 

Puis, côté images animées, ça.


De Sarunas Bartas, réalisateur littuanien qui s'est fait une spécialité de mélanger fiction et documentaire dans ses films.

C'est lent, c'est presque sans paroles, c'est plein de mélancolie sans être désespéré. C'est aussi la vision d'une humanité post-soviétique totalement abandonnée.

En termes de narration, "S. Bartas néglige l'anecdote pour se concentrer sur la matière du monde, c'est-à-dire les éléments bachelardiens (...) Univers magique, où rien ne vient distinguer l'humain de l'animal, l'animal du végétal ou même du minéral. Les règnes s'abolissent en se rejoignant. Tout semble fluide, traversé d'une seule énergie, d'une seule présence. On aborde là des contrées oniriques dont on ne saurait sous-estimer la puissance."
(Philippe Roger-article Wikipédia)

Le même DVD propose un film de 38 min. en noir et blanc, sur Vilnius, qui n'est ni une fiction ni un documentaire. On y voit des habitants dans leur vie quotidienne, et des plans fixes de rues ou de recoins de la capitale perdus sous la neige...

"En mémoire d'une journée passée"
Le Wiki nous apprend que ce film est sa réalisation de fin d'études.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches