vendredi 22 janvier 2016

C'est pas pour me vanter,

mais cette semaine, je suis allé voir un match de football. Vous ne pouvez pas y avoir échappé dans la presse, c'était ce fameux exploit des périgourdins de Trélissac, division d'honneur qui se sont payé un club de première division, et pas le plus pire qui soye, le LOSC du Nord (Lille).

J'y fus avec des potos, dont Didou qui m'accompagna plus particulièrement, en commençant par se plaindre des cerbères de l'entrée qui lui avaient confisqué son couteau de Nontron, auquel il tenait très instamment, car il rumina son désir de vengeance pendant une grosse partie de la première mi-temps. Il se présentait à peu près dans le même état psychologique que moi, en annonçant d'emblée qu'il détestait le foot, et qu'il n'était pas sûr de rester jusqu'à la fin du match. Ceci dit, la curiosité nous traînait par là, et l'envie de vivre un événement local de portée nationale, ce qui est pas tous les jours, sauf à ignorer l'aviaire grippe qui est quand même pas trop fun, au fond, finalement.

Vint l'énumération des noms des joueurs, et là, les spectateurs de notre tribune montrèrent une certaine forme de partialité en sifflant copieusement tous les noms des joueurs lillois. C'était sans doute un peu excessif, parce que si ces types n'étaient pas venus, on n'aurait pas vécu tout ce qui allait suivre. Il aurait plutôt fallu les féliciter d'oser se présenter dans un tel chaudron. Heureusement une musique techno de toute beauté vint nous faire péter les tympans et clouer le bec aux braves gens qui nous cojouxtaient.  On disposait aussi de petits fanions jaunes qu'il fallait secouer pour être dans le coup.

Quand le match a commencé, j'ai bien vu que mon voisin de gauche il se croyait dans son canapé devant sa télé en commentant tout comme un malade, en donnant des tas de conseils aux joueurs, il avait l'air d'en connaître un putain de rayon, mais je crois que ça servait à rien en fait, qu'il crie comme ça. Heureusement Didou à ma droite était là pour me faire observer les jolies couleurs du coucher de soir au-dessus de la tribune d'honneur, et c'est vrai que c'était fachte-beau, dans les dégradés de bleu foncé.

Ensuite, on a été un peu douchés Didou et moi, quand l'arbitre a sifflé une faute contre Trélissac, parce que la foule s'est mise à crier "Arbitre enculé !" alors que ça reste à prouver. En tous cas, on a eu un peu honte d'être au milieu de tous ces supporters qui semblaient être si proches de l'homme en noir qu'ils savaient des détails de ses orientations intimes jusque dans les recoins. Surtout que, à mon avis que j'ai, dans ce cas, y'a pas de honte, et si ça se trouve, ça fait même du bien.

Bref.

Suivit un suspens d'enfer avec l'égalisation de Trélissac (les deux buts sont magnifiques),






les prolongations (là on commençait à se dire avec Didou qu'on allait manger froid en rentrant), et les pénalties finaux avec le goal bleu, héros de la soirée qui a contribué comme une bête à la qualification du tas. La liesse ! L'enculé oublié, pour un peu, ils l'auraient porté en triomphe, ces cons-là !

Après on est rentrés assez vite, quand même, ça commençait à cailler, merde !

Reste qu'on a vécu une belle et rare soirée...



Merci O.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches