lundi 3 décembre 2018

Silence à fond


Tout à coup jfous lsilence à fond
Vlà lnéant qui creuse où ça qu'
J'aime me carrer dans sa niche.
Ça vrombit de rien, on entend pourtant
Les hypothèses se casser la gueule. Et puis
Des fleuves de Khôl zébrant des joues aux genoux cagneux écorché vif
J'attache ma dépouille à l'arrière du temps qui file, vieille cariole
Qui bringue et qui baille et cahote comme une vache ossue trainant la patte
Et puis collés au char, des lambeaux de plaisir qui flottent au vent déchirés
Délavés dont soudainement je jalouse la portée
Qui me sourit haineusement
Et que j'encaisse dans une dernière expire
Heureusement
J'y viens
Vlà lbon vent ma mie m'appelle
Et disperse aux quatre sangs mes atomes grillés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches