dimanche 30 août 2015

De l'inquiétante expression de Charlotte Gainsbourg,

dont le joli visage exprime une neutralité à laquelle il ne faut peut-être pas trop se fier...
dans deux films angoissants, vus à la suite...


D'abord l'excellent "Lemming", de Dominik Moll, datant de 2005, où le héros, joué par Laurent Lucas, est aux prises avec son patron, un type intrigant (Dussolier), et sa femme désespérée (Charlotte Rampling).
Quant à savoir pourquoi il est question de lemming là-dedans, vous irez voir vous-même...

















Le couple Laurent Lucas/Charlotte Gainsbourg






























Et,

de Lars Van Trier,
le terrible "Antichrist", de 2009.

"Le sujet : un couple fait l'amour...et pendant ce temps leur enfant tombe par la fenêtre...douleurs, culpabilité, descente aux enfers, lui est thérapeute, elle chute de plus en plus, lui essaie de l'aider...et la marche vers la folie commence pour elle, au fond d'une maison isolée dans une somptueuse forêt noyée de brumes..."
Trouvé

Les images sont exceptionnelles, la première scène, le drame initial, est tourné au ralenti en noir et blanc, mais c'est très loin des clichés esthétisants de la publicité. Ensuite, on est en plans souvent très rapprochés, les voix sont murmurées.
La performance de Charlotte Gainsbourg est incroyable. 


















La jeune femme a réussi à conjurer ses peurs, elle accepte d'affronter ses cauchemars dans la forêt qui la terrorisait.
















Le film est parcouru d'images symboliques puissantes : ici, Willem Dafoe, le thérapeute amoureux, sur fond de chute de glands, qui est une thématique récurrente...
















Les "trois mendiants" dont la venue doit dénouer l'intrigue, sont trois animaux de la forêt, qui sont apparus successivement dans la narration, faisant un lien avec le thème des difficultés de l'enfantement, de la mortalité périnatale... Le renard est très effrayant, surgissant au milieu des fougères pour dire d'une voix d'Outre-Tombe : "Chaos reigns !" Ce sont aussi des constellations imaginaires, apparaissant dans le ciel nocturne au-dessus de la forêt. On est donc plongé dans une histoire de sorcellerie, et il est beaucoup question de possession. Le personnage de la femme est plus qu'ambigu, à mesure que le film avance, on découvre qu'elle n'était peut-être pas si innocente et victime qu'il paraissait...

Et donc, c'est un film complexe et fascinant, qui se prête à de multiples interprétations. 
Une question parmi des tas : dans le plan final, que viennent faire ou que symbolisent les femmes sans visages, qui montent la colline boisée, à la rencontre de l'homme ?








Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches