dimanche 9 avril 2017

La tête sur les épaules de Henri Troyat

J'avais le souvenir d'un formidable narrateur, auteur d'écrits qui m'ont tous embarqués. Des bouquins dévorés voracement (il y a bien longtemps, la trilogie "le moscovite" et plus récemment "Viou").
Celui-ci ne fait pas défaut. L'histoire est toute simple, celle d'un grand ado vivant seul avec sa mère avec laquelle il entretient une relation tendre quasi fusionnelle. C'est au lendemain de la seconde guerre mondiale, et le gamin qui n'a jamais connu son père apprend que celui-ci fut à la fois résistant et criminel, tuant aléatoirement quelques-uns de ceux à qui il devait sauver la vie en leur faisant passer la frontière espagnole... Puis condamné à mort et décapité. Cette nouvelle va faire basculer la vie du jeune homme jusqu'à d'extrêmes limites.
Le talent et la culture de Troyat lui permettent de mêler des considérations d'ordre philosophique (le gamin bouleversé va consulter son prof de philo), et de psychologie complexes qui mènent à un dénouement sans grande chute spectaculaire, mais dans un plaisir de lecteur soutenu (le plaisir, pas le lecteur, qui va bien merci pour lui...)

Je l'ai lu dans cet original en livre de poche, paru en 1951.



















Henri Troyat est mort en mars 2007. Auparavant, quelqu'un l'avait pris en photo, un jour. La preuve :



















Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches