jeudi 17 septembre 2015

Loin de la foule déchainée, de Thomas Hardy

Que j'ai terminé cette nuit, à mon grand désarroi, car je m'y suis prélassé, pourléché, pourfendu, avachi, envoûtu.
Les destins sont moins écorchés que dans le "Jude obscur", où l'issue était atroce, car là, la belle Bathsheba finit, par delà la soirée tragique où tout se dénoue, par tomber dans les bras de l'hyperhonnête et incorruptible berger et intendant Oak , où tout lecteur très ordinaire dont je, attendait que son coeur et la raison l'y fisse échoir.

Je ne rentre pas plus dans l'analyse de l'oeuvre, mais je sais que ce qui m'attire chez Hardy, c'est son regard critique sur sa société, ses approches féministes (ses personnages féminins sont victimes mais très conscientes des injustices), et on n'oubliera pas que cet auteur était fourriériste...

Ici, un commentaire qui me semble pertinent...

Je ne sais donc que vous conseiller ce truc, premier roman à succès de Hardy (en 1901), passé au rang des classiques angliches, et grâce auquel vous pourrez certainement briller en société.


Reste à jeter un oeil à ça, qui appartient à l'actualité ciné, mais c'est un hasard (sorti en mai 2015)  :

De Vinterberg, l'auteur de Festen...

L'affiche du film :























Le livre (ils sont de mèche...) :




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches