dimanche 20 septembre 2015

Comme un écho humide

à Barbara de Prévert, Amanda court dans la rue mouillée.
Victor Jara.




Te recuerdo Amanda
la calle mojada
corriendo a la fabrica donde trabajaba Manuel

Je me souviens de toi, Amanda
La rue mouillée
Et toi, courant à la fabrique où travaillait Manuel


La sonrisa ancha, la lluvia en el pelo,
no importaba nada
ibas a encontrarte con el,
con el, con el, con el, con el

Le grand sourire, la pluie dans les cheveux,
Rien n'avait d'importance
Tu allais le retrouver,
Lui, lui, lui, lui


Son cinco minutos
la vida es eterna,
en cinco minutos

Ce sont cinq minutes
La vie est éternelle
En cinq minutes


 Suena la sirena,
de vuelta al trabajo
y tu caminando lo iluminas todo
los cinco minutos
te hacen florecer

La sirène retentit,
De retour au travail
Et toi, en marchant, tu illumines tout
Les cinq minutes
Te font fleurir


Te recuerdo Amanda
la calle mojada
corriendo a la fabrica
donde trabajaba Manuel

Je me souviens de toi, Amanda
La rue mouillée
Et toi, courant à la fabrique
Où travaillait Manuel


La sonrisa ancha
la lluvia en el pelo
no importaba nada,
ibas a encontrarte con el,
con el, con el, con el, con el

Le grand sourire,
La pluie dans les cheveux,
Rien n'avait d'importance
Tu allais le retrouver,
Lui, lui, lui, lui


Que partió a la sierra
que nunca hizo daño,
que partió a la sierra
y en cinco minutos,
quedó destrozado

Qui est parti à la sierra
Qui n'a jamais fait de mal,
Qui est parti à la sierra
Et en cinq minutes,
Est resté brisé


 Suenan las sirenas
de vuelta al trabajo
muchos no volvieron
tampoco Manuel

Les sirènes retentissent
De retour au travail
Beaucoup ne sont pas revenus
Et Manuel non plus


 Te recuerdo Amanda,
la calle mojada
corriendo a la fábrica,
donde trabajaba Manuel.

Je me souviens de toi, Amanda
La rue mouillée
Et toi, courant à la fabrique
Où travaillait Manuel



Ici, si le lien vidéo ne marche pas...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches