lundi 19 septembre 2016

Rester vertical, de Alain Guiraudie

Un film tout cru, stupéfiant et dérangeant. Après l'étonnant "Inconnu du lac", le réalisateur nous reconduit par les chemins de traverse des sexualités contemporaines, plus ou moins bien assumées, en tout cas bien exposées en gros plan.
Il s'agit là des errances d'un jeune homme qui n'arrive pas à fixer sa vie, à la stabiliser, bien qu'il en exprime le désir. Du coup, les gens qui le côtoient -ou qui ont un enfant avec lui-, finissent par le considérer comme non "non-fiable". Les déconvenues dans sa vie s'enfilent comme des perles, et le gâchis est immense, alors que ce jeune homme possède des qualités humaines évidentes, alliées à un vrai talent d'auteur de scénario...
Le filmage est aussi curieux et passe par des phases étranges, qui paraissent parfois comme des excroissances oniriques ou des hyperfabulations de la pensée de l'anti-héros, et tout ceci forme un film qui se distingue comme une vache bleue dans le pré-carré cinématographique.


























Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches