jeudi 24 mars 2011

Parfois, et on n'y peut rien,

l'abime est dans l'attente.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches