dimanche 27 mai 2018

De Terrasson à Condat

Je tenais à vérifier de visu par moi-même de mes propres oculaires que j'ai, comment se comportait le Coly, où, l'été dernier, on avait constaté que ce très beau cours d'eau était à sec, à l'endroit de sa confluence dans la Vézère. Après les saisons très humides que l'on a vécues, il était probable que son eau soit redevenue fluante et coulive.

Cet article et cette vidéo témoignent des fluctuations récentes de son débit (février 2013).

Effectivement et heureusement, la rivière a repris son droit de passage, et les magnifiques cascades de l'embouchure sont de nouveau spectaculaires.













Panorama du bord de Vézère


Il était écrit qu'hier, je devais m'immerger totalement dans ce joyau hydographique régional préhistoricophile, puisque pour réaliser un dernier panorama, (ci-dessous), la rive a cédé sous mes pieds, et j'ai pris un bain très involontaire dans cette baille assez bonne par ailleurs. La photo n'est pas totalement loupée seulement incomplète de par la chute. Mais ce fut un vrai bain complet, totalement disparu dans un trou d'eau...
Et non, ce n'était par goût de l'imitation des fantaisies de l'Augiéras qui relate que naguère, il se laissa dériver la nuit dans cette eau vive pour être mieux en communion avec les éléments (voir l'apprenti sorcier)…



















Auparavant, de repassage aux Jardins de l'Imaginaire à Terrasson, je fus ravi de découvrir qu'une nouvelle plante sauvage s'y était installée cette année, le lys martagon. 
Cette plante de montagne, assez rare, semble avoir franchi des clotures, car elle pousse depuis longtemps chez un voisin du jardin. Mais elle semble bien implantée, une quinzaine de pieds sont apparus.
Je n'ai réussi qu'une photo, encore assez moyenne…












Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches