lundi 2 mars 2015

Traces, de Philippe Delerm


Les photographies sont de son épouse Martine. Il en fait des commentaires, sensibles, quelquefois plats, quelquefois bien pesés, comme cette idée, inspirée par une photo de graffiti sur un mur :

"C'est drôle, nous qui sommes si rétifs aux sentences des hommes politiques, des religieuses, des moralistes de tout poil; nous qui nous insurgeons contre les commentaires des journalistes, les jugements des critiques ou ceux des professeurs, pourquoi sommes-nous d'emblée en adhésion avec les phrases laissées sur les murs, en graffitis ou au pochoir ?" (Texte : "Morales murales")








































Merci Emma.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches