samedi 7 novembre 2015

En France, on ne peut plus appeler au boycott d"un pays

parce que cela tombe sous le délit de «  provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion déterminée  » (article 24 alinéa 8 de la loi sur la presse).

C'est grave ! 

 Merci de bien lire l'article du Monde.

La France sur ce point est isolée, aucun autre pays (démocratique) n'a osé attaquer la liberté d'expression à ce point.

C'est aussi une décision au délicieux relent de TAFTA ! Car on s'oppose à un acte citoyen pour défendre les  intérêts économiques de multinationales exportatrices. C'est le coeur de la philosophie de l'accord qui se négocie dans notre dos avec les américains. Même si c'est une autre histoire.

Aux citoyens engagés et actifs, on préfère en France les lourdauds qui gobent les discours lénifiants et anesthésiants crachés par les médias dominants...  Et qui se taisent...

Que se passera t-il avec de telles décisions, si des extrémistes nationalistes arrivent au pouvoir ? Ils auront une loi magnifiquement répressive sous la main, pour calmer toutes les ardeurs menant à des prises de position -a priori- démocratiques. Ils diront que ce n'est pas eux qui l'ont votée...

Si je dis que je ne souhaite pas me rendre aux USA parce que la politique migratoire y est totalitaire, que les polices y ont des pouvoirs exorbitants, et que les libertés fondamentales des étrangers n'y sont aucunement garanties*, je tombe sous le coup de ce chef d'accusation ?  OK, ce n'est pas un appel au boycott, mais est-ce que je ne tombe pas sous le coup de la «  provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion déterminée  » ? 
Hein ?


Je me suis dit que les militants de BDS, ils pourraient changer leurs slogans pour mieux convenir aux nouveaux canons de la loi française : par exemple, appeler au "non-boycott des produits israéliens, pour encourager les dirigeants israéliens dans la politique humaniste menée envers les peuples voisins". Tracts qui pourraient être agrémentés de photos des conséquences des dernières interventions de l'armée israélienne menées dans un but humanitaire.

Ce n'est pas facile de détecter des produits israéliens dans le commerce à Périgueux, mais si j'en trouve un jour, je me jetterai dessus !  Promis !


* Pas mieux en France, bien sûr...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches