mercredi 5 décembre 2018

Ali et Maria, Bertrand Belin

À flanc de coteaux l'on voit dormir Ali et Maria,
Se dit: ils ont trop marché
Se dit: on ne s'étonne pas de les voir ainsi.
Dormir Ali et Maria au coeur flottant des nuées,
À peine vêtus voilà ce que l'on voit.
À flanc de coteaux l'on voit dormir Ali et Maria,
Se dit: mais quelle folie les fit aller si haut sans répit
Se dit: on ne s'étonne pas de les voir ainsi.
Dormir Ali et Maria au coeur flottant des nuées,
À peine vêtus voilà ce que l'on voit.
Ah… on voit… Ali et Maria,
Se dit: on ne pensait pas,
Se dit: on n'aurait pas dit
Se dit: qu'il a les mains sur ses hanches,
Que sous leur poids tout l'astre penche,
Se dit: qu'elle a les yeux dans les siens,
Se dit: quelle folie!
Se dit: on ne s'étonne pas de les voir ainsi.
Dormir Ali et Maria au coeur flottant
des nuées, aux cieux leurs saillantes hanches
Sous leur seul poids tout l'astre penche.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches