jeudi 22 mars 2018

L'île du serment, de Peter May

Paru en septembre 2014 aux éditions du Rouergue, traduction Jean-René Dastugue.

C'est un regret pour Cathy et Jacky de la librairie "Des livres et nous" à Périgueux : Peter May est un ours, qui n'accepte pas facilement les invitations, d'où qu'elles viennent. Ils ont pourtant envie de le défendre cet auteur aux romans splendides, et j'aimerais aussi le rencontrer cet écossais, installé dans le Lot (il n'est pas loin de chez nous).
Ce roman se déroule (encore) sur une île. Il est allé se perdre cette fois dans l'embouchure du Saint Laurent, sur l'île d'Entrée, au Canada, où des communautés anglophones et francophones se côtoient depuis les premières migrations de colons européens. En l'occurrence majoritairement écossais pour cette île où se situe l'intrigue principale, et c'est l'occasion pour May de revenir sur un point d'histoire sans doute méconnu, celui des déportations de paysans pauvres de terres insulaires écossaises, au XIXème siècle, par de grands propriétaires terriens qui voulaient se débarrasser d'exploitants pauvres qui ne leur rapportaient rien (sans doute dans la lignée historique du mouvement des "enclosures", commencées des siècles plus tôt par les lords anglais). C'était à l'époque de la grande famine irlandaise (1845-1852) due à la maladie de la pomme de terre (le mildiou ou pourriture brune) qui n'a donc pas touché que l'Irlande...
C'est un polar assez classique dans lequel on retrouve la force descriptive des lieux que connaît Peter May et qu'il adore : les éléments naturels qu'il décrit avec force : l'importance du temps si changeant sur les îles, les rivages restés sauvages dans ces lieux peu habités, l'odeur des tourbières et des landes balayées par les vents. Personnellement, je recherche ces ambiances qu'il me semble avoir approchées (même si je connais pas l'Ecosse) et que je ressens fortement.

Pour ceux qui ne connaissent pas, un auteur à visiter...
On peut bien sûr entamer par la trilogie écossaise (qui commence par "L'île aux chasseurs d'oiseaux").













































Peter May

Crédit photo "polar.zonelivre.fr"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches