mardi 27 novembre 2012

Je me souviens (11)

des chaussons de Mme R., notre voisine, abandonnés sur le chemin de halage bordant la Mayenne à Changé. Quels tourments avait-elle vécu pour se décider à cette dernière promenade dans la brume du petit matin ? Sa famille était comme la nôtre originaire de la campagne mayennaise, et elle avait une façon de parler qui nous amusait, nous enfants, elle prononçait "an" les "ent" du pluriel. "Ils se sauvent", ça devenait "i's'débinant". Longtemps avant, c'était elle qui nous portait un goûter lors de nos après-midi de jeu au ruisseau, à un endroit qu'on appelait "le petit chemin vert", où l'on restait des heures avec son plus jeune fils, P.  Elle faisait une délicieuse omelette avec beaucoup de ciboulette, que j'ai pu goûter quelques rares fois où j'ai mangé chez eux.

















La Mayenne à Montflours (53)

Crédit photo là.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches