mercredi 30 mai 2012

A Faux-la-Montagne,

dans la petite église du XIIème qui présente des chapiteaux (dedans) et des modillons (dehors) sculptés, ils avaient fait faire des petites plaques émaillées pour chaque victime de la "Grande Guerre",
























et au-dessus, on peut lire cette dédicace :
















Une lecture passionnante que je viens d'achever me laisse penser que cette idée qu'ils moururent "pour le Droit, la Justice et la Liberté", était sans doute plus un voeu qu'une réalité. A l'issue de la guerre, en novembre 1919, les conservateurs triomphent, la chambre "bleu horizon" (de la couleur des uniformes car de nombreux anciens combattants y siégeaient) est élue, la condition ouvrière reste très pénible et les activités syndicales sont très surveillées voire réprimées en cas de revendication, car on craint une contagion de l'agitation russe...

Lucien Cancouët, né en 1895, et issu d'un milieu paysan très modeste en Normandie, fut la première moitié de sa vie manoeuvre, ouvrier, employé de maison, souvent dans des situations très pénibles, mais toujours à la recherche d'améliorations de la condition de ses semblables. Il participa à la guerre de 14-18, où il fit la connaissance de Alain, le philosophe, avec lequel il resta toujours en contact. Travaillant finalement pour une compagnie de chemins de fer privée (la création de notre SNCF nationale ne date que de 1937), c'est dans l'activité syndicale qu'il développa ses qualités d'organisateur et de négociateur. Devenu un des principaux dirigeants de la CGT, il "privilégia pendant la seconde guerre mondiale l'internationalisme des travailleurs à la lutte contre l'occupant allemand", ce qui lui fut reproché. Il fut interdit de toute activité syndicale à la Libération, puis totalement réhabilité. Il se justifie en expliquant que pendant la guerre, ses contacts avec les autorités de la collaboration visaient essentiellement à faire libérer ou empêcher l'exécution de travailleurs ou d'otages qu'il essayait de protéger.

Un parcours passionnant, une autobiographie qui me semble honnête.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches