dimanche 26 février 2012

Que j'aime ton couchant


Tous ces mots
Tombés de ta poche
Logorrhée des mouchoirs
Tous ces abus
De nos gorges égotiques
Comme
Laper la bave à ton menton
Secoué des spasmes qui encochent
Tous ces suspens noirs
Et gluants
En la nuit artifice
Tu les as rendus ?

On n’attendait plus rien
Le vol avait cessé
Nous étions comme en nuit
Achalés d’éléphants
Tu dis ? Tu me défends !
Quand le jour a pâli
Que tout est bien fripé
Menu comme au tamis
Que j’aime ton couchant !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches