mercredi 16 novembre 2011

J'ai mis le temps,

mais j'en avais deux sur le feu, que j'ai finis ensemble.

Murakami, derechef, avec cette nouveauté de la rentrée de septembre, qui est un gros succès de librairie. A Lyon, j'avais surpris un propos de libraire se plaignant de n'avoir eu que quelques exemplaires, partis très vite, et attendant une réimpression.
C'est chouette, c'est du Murakami en plein, avec ses artifices tirés d'un fantastique "léger", les espaces temps qui se détraquent, deux personnages étonnants, Tengo, le romancier en attente de publication, et Aonamé la prof d'arts martiaux tueuse professionnelle. Un roman "qui oscille savament entre profondeur et futilité", comme on peut lire sous des plumes critiques. Le problème c'est que les deux destins ne se sont pas encore vraiment croisés à la fin de cet opus I. Je crois que je vais attendre la parution en poche, le retour du soleil, des jolies filles sur les plages de Vendée, pour savoir ce que la secte des Précurseurs inflige à ses enfants traumatisés, et comment la jolie tueuse les infiltrera.
Je verrai ça dans l'ombre d'un parasol, avec seulement les pieds au soleil .

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches