vendredi 28 décembre 2012

Par contre,

j'ai beaucoup ri à ça.
























A la douce folie des personnages de la famille s'oppose le vrai délire sinistre américain du milieu des nymphettes de concours de beauté. Et il y a une morale toute pimpante : là, sous le tas de névroses traînées par toute cette bande de déprimés congénitaux palpite encore, on ne s'en rend compte qu'à la fin, le bon sens et la joie de vivre. Jubilationnel.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches