lundi 10 décembre 2012

La groma du jouir

De ces angles couchés
Sur ce grabat de lin
Et de pierre
Leurs longs cheveux  mêlés,
Comme des spaghettis
Sous le ciseau roman
Vibrant des grains de lumière
Souples mordorés cuisants
Lequel, s'éveillant comme un enfant
Qui se souvient
Et souriant t'épinglera
Dans ces abysses où la lune
T'emmènera-luminera comme une lampe sous tension ?

Je sais !

Celui qui n'ignore pas que son empan,
Mesure phare des désirs pointés
Dans la jeunesse de ses droits,
Phalanges expertes
De par la somme de tes seins,
Et de leur cime si lointains
Tes deux seins qu'une vallée, que des sentiers
Sera la chaîne d'arpenteur
Qui conduiront si douce plaine
Toi,
Les gromatici des temps anciens,
Directement,
Sans ange droit
Au jouir.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches