mercredi 3 octobre 2012

Pour illustrer ce que précédemment asserti,

un haïku de Shiki :

























Shiki est lui aussi un maître de la poésie classique japonaise, bien plus contemporain que Basho, puisqu'il vécut de 1867 à 1902. Sa constitution fragile et la maladie qui l'emporta finalement transparaissent dans ses écrits :

























Dans



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches