samedi 2 juillet 2011

Parfois la nuit

Lorsque je te sens pelotonnée,
Tout contre moi
Chaude et douce et crémeuse
Comme un bébé Cadum
Je me dis que tu es
Un délice
A toi toute seule

Alors cherchant dans le noir
La molette de ta souris
Comme le globe
Eclairé de l'intérieur
Sur mon bureau d'adolescent
Où je suivais l'Amazone
Et le cours de ton Nil
Tu deviens fluorescente

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches