samedi 30 juillet 2011

Et à propos de défilés rituels de Cro-Magnons,

une devinette.

Quel point commun partagent les régions de Cantabrie, là...

et le Périgord, en dehors du fait qu'elles sont toutes deux jolies et habitées par des gens formidables ?

C'est la concentration de sites paléolithiques, attestant d'un peuplement précoce et important d'homo sapiens et de Néandertaliens, avec la présence des trois uniques grottes ornées polychromes (Font-de-Gaume et Lascaux en Dorogne, Alta Mira en Cantabrie) en Europe.

Deux repères faciles à mémoriser pour situer le paléolithique : les premières vagues importantes de peuplement, remontant de l'Afrique par l'Asie Mineure se situent environ à - 40 000 ans pour se terminer -grosso modo- vers - 10 000 ans, avec la fin de la glaciation de Würm (global wurming, pour la mnémotechnie) qui permettra aux peuplades de se sédentariser et d'expérimenter élevage et culture.

Le musée d'Altamira est très chouette, bien adapté à tous les publics (ils ont pensé aux enfants) et intègre une reconstitution (un fac simile) de la partie la plus spectaculaire de la grotte. Pas du tout dans l'esprit de Lascaux II. Là, il y a des animations filmées projetées sur un tissu à peu près transparent, qui montrent des hommes en activité à l'entrée de la cavité. La zone des peintures est aménagée au sol avec des rampes qui guident le public, des éclairages particuliers, bref on n'a pas cherché à vous faire croire que vous y étiez vraiment. D'une certaine façon, c'est plus honnête. On a bien aimé.
Les peintures qui datent de la période du Magdalénien, entre -15500 et -13500 sont exceptionnelles, avec notamment le bison recroquevillé, qui utilise une partie du relief naturel du plafond en saillie.
   

Photos : Museo Nacional y Centro de Investigación de Altamira © Pedro Saura

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches