mercredi 27 juin 2012

Cesse de soupurer, ça me tue !

Toutes ces soupures lentes vives à feu
Purulentes. Ces déblatances saigneuses en filet rouge tendre
Je n'entends que plaintres coulants qui débordent à tes dents
Pour m'acculer en plein à tes pieds ruisselants. Tu pleus.

Tes nerfs sont mes ans, pelures que tu arraches comme lys
En mon jardin. Mâche les papillons qui sortent de tes lèvres
Tu ne m'utiles pas qu'en ton corps défendant. Et je ne rêve
Plus qu'à ces lumières d'or qu'attise l'autan noir de nos accès de fièvre.


Ces écorcheries rosses
Ainsi que corps ballants
Ebourgeonnons-les franc
Céans lançons aux cieux
Bleus trop bleus si tant bleus
Comme la mort qui meurt
Au fond de leurs prunelles
Tu sais, ces ris si clairs
Qu'on met dans l'air vibrant



 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches