dimanche 3 décembre 2017

La mort du cerf sacré, de Yorgos Lanthimos

Voilà un film qui est bien reçu par tout le monde, public comme critiques, et que je n'ai pas aimé.

"Steven, brillant chirurgien, est marié à Anna, ophtalmologue respectée. Ils vivent heureux avec leurs deux enfants Kim, 14 ans et Bob, 12 ans. Depuis quelques temps, Steven a pris sous son aile Martin, un jeune garçon qui a perdu son père. Mais ce dernier s’immisce progressivement au sein de la famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice."
nous résume Allociné.

Le jeune ado est annonciateur d'une espèce de vengeance divine, supérieure, implacable et inévitable. Tout se passe comme il a annoncé. C'est un messie de mauvais augure. Un petit messie pourri, mais aux USA, ils ont un pouvoir certain sur le monde, prompts qu'ils sont à courir au devant de tous les obscurantismes. Le problème c'est qu'il prévoit vraiment l'avenir et qu'au final, il faut faire un sacrifice pour s'en sortir de ce dilemme. Les dieux vengeurs sont parmi nous, merde.
Iphigénie, qui est invoquée ici comme inspiratrice de ce drame, savait qu'elle se condamnait pour ramener la paix parmi les hommes en lutte. Là, on surnage dans le surnaturel et on en vient à tuer pour avoir le droit de survivre avec les épargnés.
Je n'aime pas.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

postiches